FR EN ES IT DE RU CN

La gastronomie accessible du Zébulon

« Retour

Voici un restaurant gastronomique abordable qui mérite une visite. Il est situé à 10 minutes à pied du Relais du Louvre. L’affaire est tenue par la même équipe que celle du Baltard au Louvre pour lequel nous avions rédigé un article (lire notre article).

La décoration de la salle est contemporaine, sobre et épurée mais chaleureuse. On apprécie l’espace entre les tables, le niveau sonore acceptable de la salle, même lorsque le restaurant affiche complet, et la cuisine ouverte où s’affaire une brigade concentrée. 

Pour le déjeuner, le service entrée plat est en semaine proposé à 22 € et le repas complet à 28 €. Le soir, une ardoise reformulée tous les mois offre un choix de 5 entrées, 5 plats et 3 desserts pour 45€. Enfin, le menu dégustation 6 temps est affiché à 65€.

Côté vins, la carte est très complète et propose de grands noms mais surtout une sélection avertie de vins bio issus de petites exploitations responsables.

Le patron en cuisine c’est Takashi Aoki. Ce Japonais formé à Tokyo a rejoint rapidement l’hexagone pour exercer son art au sein d’établissements de renom comme le Clos des Sens (**) à Annecy, le Suquet à Laguiole (**), dirigé par le chef Michel Bras, et l’Ambroisie (***) à Paris.

Ce qui caractérise le talent de Takashi Aoki est sa capacité à magnifier des produits de qualité, de façon simple et sans excès de transformation. La signature gustative est souvent difficile à définir, tout aussi fine que subtile. Ses plats aux couleurs franco nippones font des associations créatives et originales d’une personnalité séduisante.

La vaisselle est belle et les dressages raffinés.

Nous avons entamé notre diner avec un bœuf mariné, purée d'avocat, champignons, passion, coriandre et sumac. La viande s’avère très tendre, les mariages sont équilibrés, les condiments sont recherchés. Le Sumac est une plante dont la fleur est rougeâtre. La fleur pour être concassée comme ici. L’avocat apporte la douceur, le fruit de la passion, un tantinet de sucre, le sumac, l’acidité et la coriandre sa note épicée.

Nous avons également goûté le bar mariné dans une vinaigrette de sésame servi avec des topinambours finement tranchés et agrémenté d’une sauce curry. Tout est en finesse, fraicheur et subtilité. Encore un assemblage bien équilibré.

J’ai été particulièrement séduit par ce gigot d’agneau confit 8 heures à basse température. Il est servi avec un écrasé de pomme de terre au persil, des salsifis, sarrasins et épices. Ça me donne vraiment envie de revisiter mes habitudes de cuisson. La viande est aussi tendre que savoureuse.

Et il y a ce pressé de de veau, asperges vertes, blettes et ail des ours. La blette est un légume délaissé parce qu’il fane très vite. Cette plante qui est craquante et douce, reçoit facilement ses accompagnements avec ici une vinaigrette très pétillante relevée par l’ail des ours qui est une plante aromatique qu’on peut trouver au marché à partir de la fin du mois de mars. Joli plat d’été.

Fraicheur, acidité et sucre bien dosé avec ce sponge cake qui se mouille bien en bouche avec le jus de fruits très frais ; framboises, mures, raisins mais surtout ce sorbet granny Smith et une purée d’abricots.

Enfin, aussi joli à regarder que savoureux en bouche, ce cake citron offre également de belles associations avec un crémeux de mangues, fruits de la passion et un sorbet coriandre. C’est craquant, fondant et crémeux avec d’assez discrètes notes sucrées et épicées.

Nous avons bu un Menetou-Salon 2016 légèrement frais de chez Philippe Gilbert, qui s’est très bien tenu particulièrement sur le gigot d’agneau (40€).

Le service se cherche un peu avec juvénilité mais reste sympathique. Demandez précisions au serveur sur le plat que vous souhaitez commander car le chef peut accommoder à la marge sa recette en fonction de ses marchés.

Un bien bel artisanat !

 

ZÉBULON
10 Rue de Richelieu, 75001 Paris
Du Lundi au samedi de 12h00 à 14h00 et de 19h30 à 22h00
https://www.zebulon-palaisroyal.com/